Une garantie d’éthique de la vie publique et de bonne gouvernance

Titre projet


Garantir l’éthique dans la vie publique


• Les libertés individuelles et collectives d’opinion et de conscience, d’expression, d’information, d’association, de réunion, de manifestation, de circulation (dans et hors du pays), seront garanties, dans les limites de l’expression plurielle et de l’ordre public. L’Etat veillera à ce qu’aucun groupe ne domine l’information du fait qu’il dispose de moyens techniques ou/et financiers supérieurs.

• Le droit des médias, la protection des sources, les droits des journalistes, seront protégés pour garantir leur indépendance. La diffamation et la diffusion intentionnelle de fausses informations seront sanctionnées.

• La liberté de croyance ou de non croyance, philosophique ou religieuse, de culte, seront respectées et bénéficieront d’une neutralité bienveillante de l’Etat, accompagnée de sa vigilance afin d’éviter les dérives sectaires.

• L’éducation civique de la jeunesse participera à forger des citoyens responsables et solidaires, et qui aiment leur pays.

• Une place équitable des hommes et des femmes sera recherchée, dans tous les domaines politique, économique, social et culturel, cela dans le respect des cultures.

• L’usage des langues locales sera renforcé, notamment dans les médias et les espaces publics.

• De façon générale, l’égalité en droits et devoirs de chacun sera consacrée


Assurer une bonne gouvernance


• Les acteurs sociaux, partis politiques, syndicats et ordres professionnels, ONG, associations, médias, etc., concourent à la bonne gouvernance et sont des contrepouvoirs protégés.

• Pour la transparence de la gestion, privée comme publique, l’Etat veillera strictement à la publication d’informations pertinentes sur la gestion de toutes les entreprises privées et publiques, les collectivités et les associations.

• Tout mandat représentatif, dans les secteurs public, privé ou associatif, inclut l’obligation légale de rendre des comptes. Des audits et enquêtes pourront être ordonnés le cas échéant par l’autorité compétente, et les infractions, sanctionnées.

• Les interactions entre les élus politiques, associatifs ou professionnels et leurs mandants seront facilitées, afin d’œuvrer à la transparence de l’action de ces représentants et à la participation des citoyens.

Case projet

Retour au sommaire du projet

Total 4 Votes
0

Tell us how can we improve this post?

+ = Verify Human or Spambot ?