36ème congrès du FLNKS : « A l’aube d’un nouveau jour »

Du fait du fonctionnement du Bureau Politique du FLNKS qui prévoit une animation tournante entre les différentes composantes, il revenait à l’Union Calédonienne d’organiser le 36ème congrès du Front. C’est la région Hoot Ma Whaap qui s’est portée volontaire pour organiser un congrès important pour la cause indépendantiste à Arama sur la commune de Poum. L’ordre du jour comportait principalement trois points :

• un bilan de la mise en œuvre de nos motions du 35ème congrès

• la question de la gouvernance du FLNKS

• la stratégie à mettre en place pour gagner le référendum

Après le 35ème congrès de Nimbayes, divers groupes de travail ont été mis en place afin de faire avancer la réflexion – sur le projet de société et sur la question de la mine-métallurgie – et de s’organiser pour suivre efficacement la question corps électoral et renforcer les relations internationales du FLNKS. La première partie du congrès fût donc dédié au compte-rendu de ces groupes de travail, l’occasion pour les militants de mesurer le travail accompli depuis le dernier congrès.

Pour sa part, l’Union Calédonienne est venue avec de fortes attentes, notamment la nécessité d’une ouverture du FLNKS à toutes les forces vives indépendantistes et la nomination d’un président. Ces deux thèmes ont été au centre de nombreux et longs échanges. Sur l’ouverture du FLNKS, les uns ont fait valoir l’importance de rassembler la mouvance indépendantiste et nationaliste pour afficher son unité autour de l’objectif de souveraineté et pour démultiplier la campagne référendaire. D’autres ont mis en avant la nécessité de conserver une cohérence « historique » autour de l’organisation actuelle et de trouver d’autres modalités de rassemblement. En final, tous ont convenu que la dynamique de la campagne fera converger les efforts des uns et des autres car la demande des électeurs se tournera vers tout le monde…

Sur la question de la gouvernance – et plus précisément la demande de l’UC de donner un président au FLNKS – les échanges ont été plus laborieux. Certains considéraient cette désignation comme superflue étant donné que le Front a évolué sans président pendant près de 20 ans, d’autres ont avancé que donner un président au FLNKS permettrait d’unifier le discours et d’envoyer le signal fort d’une unité réaffirmée. La parole a circulé, nombreux furent ceux qui sont intervenus pour trouver un point de convergence. Finalement, les représentants de l’UC, du Palika, de l’UPM et du RDO se sont entendus pour désigner un porte-parole au FLNKS en la personne du président de l’UC, Daniel Goa.

Ce congrès permit aussi de présenter les évolutions du projet de société après les consultations qui ont été menées tout au long de l’année 2017 et de le valider pour la campagne de 2018.

Quoiqu’en pensent les analystes et autres commentateurs de la vie politique, ce 36ème congrès est une réussite car les indépendantistes font toujours la démonstration qu’ils sont capables de se retrouver sur l’essentiel, et l’essentiel c’est de mener ensemble une campagne pour gagner l’indépendance de notre Pays.

Les motions du 38ème congrès

Total 2 Votes
0

Tell us how can we improve this post?

+ = Verify Human or Spambot ?