L’Union Calédonienne en séminaire les 14 et 15 juillet 2016

« Nous sommes ici pour réfléchir sur notre Mouvement et sur la préparation des grandes échéances pour notre Pays, alors laissons nos titres et nos différentes casquettes pour libérer la parole, pour échanger en laissant de côté les tabous et les non-dits ». C’est en ces termes que le Président Daniel Goa ouvrit le séminaire du Mouvement des 14 et 15 juillet 2016 à Koné.

Ce séminaire avait été programmé par la commission exécutive de l’UC pour créer un espace, hors agenda normal, afin de mobiliser les cadres du Mouvement pour faire du « brainstorming », sortir des idées, faire des propositions pour améliorer le fonctionnement de l’Union Calédonienne et accroître son efficacité pour mener notre cause à la victoire en 2018.

Après avoir échangé sur les objectifs et la méthode du séminaire, la cinquantaine de personnes qui s’était rendue à la salle Au Pitiri s’est répartie en trois ateliers et la première journée fût consacrée à l’analyse sans concession de la situation du mouvement : problèmes de cohérence dans l’organisation, communication, relationnel, communication interne et externe, militantisme… Aucun sujet ne fût écarté afin d’identifier les manquements qui ralentissent la mise en œuvre de nos stratégies.

Au-delà des sujets sur le fonctionnement interne du mouvement, les militants ont constaté une reprise en main par l’Etat français par l’organisation de réunions sur l’avenir institutionnel, sans véritablement prendre en compte les propositions de l’UC, tout en créant le doute sur ce que doit être la fin de l’Accord de Nouméa.

La deuxième journée, consacrée aux propositions d’actions

La deuxième journée a été consacrée à émettre des propositions pour répondre à cette décision. Nous avons travaillés avec les trois mêmes groupes avec le plan de travail suivant :

1 – L’ Union Calédonienne en ordre de bataille

2 – Le référendum un plan de bataille pour gagner en 2018

3 – Le rôle des institutions dans ce plan de bataille

4 – Les relations de l’UC avec les indépendantistes, avec les non indépendantistes, avec l’Etat.

5 – Les enjeux. L’UC et les relations avec les coutumiers. L’UC et la jeunesse (les risques dans la communication inter-générationnelle)

Une synthèse des travaux des trois groupes a été rédigée et après débat sur cette synthèse, il a été retenu des axes d’actions à proposer à la commission exécutive pour préparer notre prochain comité directeur et congrès de fin d’année.

Objectif : l’accession du Pays à la pleine souveraineté par la consultation de 2018.

Stratégie : obtenir la majorité nécessaire pour gagner.

— Renforcer le combat pour l’inscription de tous les Kanak sur la liste électorale spéciale consultation.

— Rassurer les populations sur le projet d’indépendance du Pays.

— Convaincre les populations de voter ensemble en 2018 l’accession du Pays à la pleine souveraineté.

Le déclic : profiter du prochain Comité des signataires avec la remise officielle, aux différentes autorités de l’Etat, de notre projet de société intégrant nos propositions pour la future Constitution de la Nation.

Ces deux journées ont donné lieu à des échanges nourris, francs et positifs. A tel point que les responsables du Mouvement on préconisé de renouveler l’expérience dans les mois prochains.

Total 3 Votes
1

Tell us how can we improve this post?

+ = Verify Human or Spambot ?