Comité directeur de Karembé du 29 août, l’UC réaffirme ses choix sur le nickel

Lorsque le mouvement a décidé de faire plancher son troisième comité directeur de l’année sur le thème du nickel, on peut dire que ce choix avait quelque chose de prémonitoire ! En effet, cette décision avait été prise bien avant le déclenchement du conflit des rouleurs, mais elle n’avait rien d’inhabituel en soit car cela fait longtemps que l’Union Calédonienne se penche sur ce dossier stratégique pour le pays. Il s’agissait donc de poursuivre le travail sur la définition d’une stratégie nickel pour l’ensemble du pays, un travail qui fait partie du patrimoine politique du mouvement. Faut-il rappeler qu’à partir de 1995, l’Union Calédonienne, rejointe par l’USTKE et l'USOENC a mené le préalable minier contre l’avis de toutes les autres forces politiques calédoniennes, contre l’Etat et la direction générale d’Eramet ? Une mobilisation qui posait les premières bases d’une stratégie minière et métallurgique pour l’ensemble du pays…

 

Ce samedi 29 août 2015, les responsables des structures de l’Union Calédonienne se sont donc retrouvés à Karembé sur la commune de Koumac. Après avoir rassemblé leurs coutumes, les régions ont exprimé leur respect et leur bonjour aux représentants du pays Hot-ma-whaap, puis au son de l’hymne du pays, les 250 personnes présentes ont assisté avec respect à l’élévation du drapeau UC et du drapeau du pays.

 

Le président Daniel Goa n’étant pas encore arrivé de sa médiation, c’est le premier vice-président, Néko Hnepeune qui fit le discours d’ouverture en insistant sur une demande : l’UC devait sortir de ce comité directeur avec une position claire sur la question des exportations de minerai brut, afin que les représentants du mouvement l’exprime lors du prochaines réunions du GTPS et du Comité du commerce extérieur minier.

 

Après le rapport des comités régionaux et l’intervention de Daniel Goa arrivé entretemps et applaudi par tous les militants, les échanges se sont déroulés avec sérieux, dans l’attention de tous car les militants ont regretté de ne pas être suffisamment informés sur le déroulement des événements.

 

Toute la journée durant, les débats ont permis d’analyser la problématique soulevée par le syndicat Contrakmine dont beaucoup d’adhérents sont aussi de l’Union Calédonienne. Il en est ressorti les positions suivantes :

 

— les motions sur le nickel adoptées au congrès de Tiaoué sont réaffirmées, en particulier celle portant sur l’arrêt progressif des exportations de minerai brut à l’horizon 2019

 

— il faut tenir compte des cycles du marché du nickel et de la crise actuelle des cours du nickel qui ont des impacts économiques et sociaux en Nouvelle-Calédonie

 

— les demandes d’exportation déposées par les mineurs calédoniens sont acceptables dès lors qu’elles n’entrent pas en contradiction avec ces motions et les orientations du schéma minier

 

— les demandes d’exportation de sous-produits de la mine vers la Chine sont acceptables sur une courte période et en quantité limité, dans la mesure où il s’agit de produits uniquement valorisables dans ce pays

 

— il est devenu incontournable que le travail pour la définition d’une stratégie nickel pays se poursuive.

 

La teneur des échanges a, une fois de plus, démontré que sur les fondamentaux politiques, il n’y a pas de tendances divergentes à l’Union Calédonienne et il est d’ailleurs symbolique que le président Goa ait demandé à Gilbert Tyuienon de prononcer le discours pour clôturer ce comité directeur de Karembé, qui de l’avis de tous les participants, a été un bon comité directeur, pour le mouvement et pour le pays…


Nombre de vues :

(366)


 

Total 5 Votes
0

Tell us how can we improve this post?

+ = Verify Human or Spambot ?