Gouvernement Ligeard, acte 1 : parole non tenue

Mise en place du gouvernement Ligeard :

le film des événements

Membres du GNC

L’Union Calédonienne tient à faire connaître le déroulé des événements qui a conduit à la crise actuelle du gouvernement, afin de démontrer clairement qu’on ne peut pas lui imputer la responsabilité de cette situation.

Mardi 27 mai 2014

A l’issue de la dernière réunion du gouvernement Martin le mardi 27 mai 2014, il a été proposé aux membres du gouvernement sortant de se retrouver à 14h, les responsables politiques de Calédonie Ensemble et du Front Pour l’Unité devant les rejoindre afin que les « Loyalistes » puissent faire une présentation du Contrat de gouvernance solidaire qui les lie désormais et échanger sur le futur gouvernement. Pour justifier leur contrat, les intervenants non-indépendantistes ont mis en avant : — Garantir une stabilité institutionnelle — Créer un cadre favorable aux grandes réformes économiques, sociales et culturelles. — Etre en capacité de préparer la sortie de l’Accord de Nouméa dans un esprit de dialogue constructif A cette présentation, les élus UC ont répondu qu’ils partageaient ces objectifs, parce que l’UC en a fait depuis longtemps les lignes directrices de son travail dans les institutions. A propos de la stabilité institutionnelle, l’UC a toujours œuvré pour une mise en œuvre loyale et sincère de l’Accord de Nouméa, refusant tout blocage inutile, toute neutralisation stérile des institutions. L’UC a toujours exprimé son désaccord par les voies légales et des recours. Concernant les réformes, celles-ci sont réclamées depuis plus de 30 ans par l’UC, en particulier les réformes sociales et de la fiscalité. Et sur la mise en œuvre de l’Accord de Nouméa, l’UC a toujours privilégié un dialogue constructif pour que l’on rattrape les retards – qui ne sont pas de son fait – et que l’on concrétise tous les grands chantiers : transport, formation des jeunes Calédoniens… Ils rajoutent que compte tenu des responsabilités qui ont été confiées à l’Union Calédonienne en temps que deuxième force politique du pays, celle-ci répondra présent. Au terme de cette réunion, il est proposé de se retrouver à 10h le lundi 2 juin.

Lundi 2 juin 2014

A cette date, les représentants du Contrat de gouvernance Solidaire arrivent avec un document comparatif de la répartition des secteurs, sous les gouvernements Martin et Gomés. Une première répartition est faite et il est programmé une nouvelle réunion le 3 juin. Ayant obtenu les secteurs qu’elle escomptait, Mme Déwé Gorodey annonce qu’elle ne participera pas à la réunion suivante.

Mardi 3 juin 2014

Le mardi matin 3 juin, la discussion s’articule principalement autour de deux volets : — Le sport devant être attribué à Mme Valentine Eurisouké de l’UNI-Palika, les élus UC estiment qu’il est cohérent de lui adjoindre aussi la jeunesse. Les membres du CGS leur rétorquent qu’ils souhaitent conserver la jeunesse pour s’occuper de la mise en oeuvre du Service civil citoyen. Depuis longtemps favorable à ce projet, l’UC propose que la jeunesse fasse donc partie des secteurs de Mme Eurisouké et que le Service civil citoyen apparaisse explicitement comme un objectif, dans les attributions du responsable du secteur enseignement, M. Léopold de Calédonie Ensemble. — la répartition se poursuit. L’agriculture et la pêche sont attribuées à Mme Backès. L’UC obtient qu’avec le travail, l’emploi et le dialogue social, soit associée la formation professionnelle. Le Front pour l’Unité reconnaissant le bien fondé du travail du Schéma global des transports et de la mobilité, l’UC accepte de leur laisser le transport aérien international. Ayant présenté les réformes qu’ils souhaitent mener dans le secteur de l’énergie, les représentants de Calédonie Ensemble obtiennent l’accord des élus UC pour que ce secteur leur soit octroyé. Demeurent deux « points durs », à savoir le logement et les mines, mais tous s’accordent sur une nouvelle réunion le 3 au soir à 18h, entre les formations politiques concernées par les secteurs, à savoir Calédonie Ensemble, l’UC et en présence de Mme Ligeard et de M. Martin.

Cette nouvelle réunion fût de courte durée, une demi-heure, l’accord ayant été obtenu rapidement sur les deux derniers points. L’UC accepte que le logement soit un secteur accordé à M. Cornaille de Calédonie Ensemble à la condition d’avoir un représentant au conseil d’administration de la SIC pour faire avancer la question du logement sur terres coutumières et en leur demandant d’être plus attentifs aux Zodep et au fonds de garantie des terres coutumières. Calédonie Ensemble accepte que le dossier des Zodep soit suivi par Anthony Lecren. Sur le secteur des mines, M. Tiuyenon rappelle le travail accompli et les dossiers à faire aboutir, notamment : — L’élaboration du livre II du code minier concernant notamment les hydrocarbures — L’élaboration de la convention de partenariat avec le BRGM, comprenant un important volet formation au profit des jeunes Calédoniens — La montée en puissance du Fonds nickel, et particulièrement du Plan pluri-annuel de réhabilitation des sites miniers et la réorientation du fonds vers la problématique du désengravement des cours d’eau et la nécessité de poursuivre le travail avec les communes, les autorités coutumières et les associations suite aux événements climatiques des 2 et 3 juillet 2013 ayant conduit aux blocages de Thio et Kouaoua. Sur la base de ce programme, Calédonie Ensemble, par la voix de M. Gomés accepte que le secteur de la mine revienne à M. Tyuienon. Les participants se séparent après qu’on ait annoncé qu’un projet de délibération reprenant toutes ces conclusions sera envoyé au plus tôt.

Mercredi 4 juin 2014

Le 4 juin, ce projet de délibération, rédigé par la Direction des Affaires juridiques est effectivement envoyé à chaque membre du nouveau gouvernement, reproduisant fidèlement la répartition arrêtée la veille et prévoyant donc de confier le secteur de la mine à M. Tiuyenon.

Jeudi 5 juin 2014

C’est à partir de ce travail accompli que les élus Union Calédonienne acceptent de voter pour Mme Ligeard, lors d’une séance consécutive à l’élection du nouveau gouvernement par le congrès, le 5 juin 2014. C’est au cours de cette même séance qu’à la suite du refus des élus non-indépendantistes, d’arbitrer entre l’UNI-Palika et l’UC, le poste de vice-président n’a pas pu être pourvu. La nécessité d’un consensus entre indépendantistes sur la candidature à la vice-présidence ayant été signifiée au préalable par les membres du « Contrat de gouvernance solidaire ».

Dimanche 8 juin 2014

Le 8 juin 2014, la présidente du gouvernement, Mme Cynthia Ligeard, invitée politique sur NC1ère TV déclare : « nous sommes parvenus à une répartition des secteurs, la chose n’a pas encore été officialisée, mais la répartition est actée ».

La déclaration sur NC1ère

  • Total 1 Votes
    0

    Tell us how can we improve this post?

    + = Verify Human or Spambot ?

Lundi 9 juin 2014

Réunion du gouvernement le 10 juin 2014, c’est le statu-quo concernant le poste de vice-président, une question qui est reportée sine-die. Au cours de cette même réunion, il n’est pas procédé à la répartition des secteurs, les membres du CGS introduisant un nouveau préalable sur un accord entre indépendantistes sur l’attribution du secteur de la mine, un préalable qui n’avait jamais été évoqué au moment des discussions sur la répartition. En préliminaire de cette réunion du gouvernement, Mme Déwé Gorodey a demandé à s’entretenir avec les élus UC pour leur déclarer : « Gilbert Tiuyenon peut avoir la vice-présidence, à condition de laisser le secteur de la mine à Philippe Germain », ce à quoi M. Tiuyenon réagit de manière incrédule « mais c’est Calédonie Ensemble !? », et Mme Gorodey de rétorquer, « oui, mais on est pas d’accord avec vous sur la mine, notamment concernant les propos de Roch Wamytan sur Vale, sur l’OPEN, etc… »

Jeudi 12 juin 2014

Le 12 juin, une réunion rassemble les responsables et les élus de toutes les formations présentes au gouvernement. Une proposition est faite par Mme Ligeard de s’attribuer provisoirement le secteur des mines en attendant un accord entre indépendantistes. Pour le compte de l’UNI-Palika, M. Louis Mapou fini par se ranger à cette proposition, en rajoutant que dans le cas où le CGS l’attribuerait tout de même à l’UC, « chacun prendrait ses responsabilités ». L’Union Calédonienne, par la voix de son secrétaire général Gérard Reignier, refuse la proposition de Mme Ligeard estimant que les membres du Contrat de gouvernance solidaire ne respectent pas la parole donnée et ont changé, après coup, les règles de la négociation.

Vendredi 13 juin – Lundi 16 juin 2014

Statu quo lors de la réunion du gouvernement du vendredi du 13 juin. Et le lundi 16 juin, un nouveau projet de délibération sur la répartition des secteurs, sans la mine, est soumis aux élus. Ceux-ci se quittent sur un constat d’échec et la réunion du gouvernement est reportée sine-die.

 

En résumé, l’Union Calédonienne affirme que : — La répartition des secteurs a fait l’objet d’un accord dès le 3 juin au soir — Les membres du Contrat de gouvernance solidaire expriment le 10 juin un préalable à l’adoption des secteurs, dont il n’a jamais été question dans toutes les discussions du 27 mai au 3 juin. — Les membres du Contrat de gouvernance solidaire n’ont pas respecté leur parole, changeant les règles du jeu en cours de route. — Rien ne bloque aujourd’hui l’attribution des secteurs, les membres du gouvernement appartenant au Contrat de gouvernance solidaire ayant la majorité. Il leur appartient de prendre leurs responsabilités.


Nombre de vues :

(684)

Total 1 Votes
0

Tell us how can we improve this post?

+ = Verify Human or Spambot ?